Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu - Tome 1 à 4

Il aura fallu attendre près de 3 ans pour avoir la suite et fin de cette rocambolesque et délicieuse aventure ayant pour sujet le deuxième amendement de la constitution des Etats-Unis.

Au scénario, on a donc le brillant Lupano (Les Vieux Fourneaux) et au dessin le pas très connu Salomone.

En s'attardant sur le dessin tout d'abord, force est de reconnaître que du début à la fin, le dessin est de haute voltige. Les décors sont riches. Les vêtements sont finement ciselés, fourmillant de détails. La panoplie des émotions sur les visages est riche. Le style est très réaliste de par le détail mais également de type bandes dessinées par son aspect "rondouillard". Parfois, le dessinateur use d'effets comiques (plus vus depuis longtemps) et particulièrement bien utilisés comme dessiner plusieurs bras avec un mouvement de rotation à un personnage qui essaye de faire quelque chose rapidement avec ses bras mais qui n'y arrive pas. Un délice d'équilibre entre le réalisme et le cartoon.

L'histoire est écrite par Lupano. Et on a affaire à son niveau habituel. Bref, du très bon. Les rebondissements sont incroyables entre les protagonistes (qui prend la main dans les péripéties la perd directement et ainsi de suite). On se prend à espérer que Margot va arrêter de s'en sortir tout le temps et, étant le personnage le plus cynique, qu'elle va s'arrêter. L'intrigue qui semble être une simple dispute personnelle entre protagonistes s'avère avoir un fond bien plus profond à savoir le droit des Américains à être armés ou pas. Très d'actualité donc. Et Lupano alterne admirablement bien la grandeur du sujet avec les mesquineries d'inimitiés personnelles et l'appât du gain de certains. Un vrai tourbillon où on ne se repose jamais.

J'ai pu lire que certains trouvent cette série misogyne de par le rôle stéréotypé qui est donné à Margot et donc à la gent féminine dans cette histoire. Mais je ne suis pas du tout d'accord. Margot est au contraire un protagoniste dur (sans doute le plus dur, cynique et le moins naïf) qui use de ses atouts (le charme et son corps, c'est sûr qu'elle ne va pas pouvoir utiliser ses points pour se faire entendre) pour s'imposer dans ce monde de brutes. Le stéréotype aurait été d'avoir une femme suiveuse qui use de ses atours pour se positionner auprès du mâle dominant. Ici, point de tout cela, elle veut tracer sa route seule, sans sentiment. Je ne trouve cela pas du tout un stéréotype.

Le dernier album qui clôt la série est du même tonneau que le reste, ne nous propose pas une fin sans qui ni tête ou qui serait bâclée. Un grand plaisir à lire avec la touche d'humour qu'il faut pour rendre cela léger.

Toutes les infos, c'est par ici.

Legof

Catégories : 2 - Ca sort du lot, Delcourt, Thriller 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.